Bulletin Solidaires Ain numéro 16

mercredi 27 janvier 2016

Le bulletin Solidaires Ain numéro 16 est en ligne

Un sursaut nécessaire

Les attaques du capital et de l’État se multiplient. Force est de constater que le MEDEF, le PS et leurs alliés ont le vent en poupe. Faute d’opposition réelle, l’État et le capital organisent leurs attaques sur tous les fronts :

- blocage des salaires dans les secteurs privé et public pour réduire le prétendu coût du travail ;

- remise en cause du droit du travail pour renforcer la loi des patrons ;

- précarisation des emplois (le modèle anglais est présenté comme le nec plus ultra de la modernité croissantiste) ;

- multiplication des cadeaux au patronat, sous forme d’exemption de cotisations dont on sait qu’elles contribueront à vider les caisses de solidarité sociale ;

- accentuation des inégalités : 1% des plus riches possède autant que la moitié de la population mondiale.

- répression des mouvements sociaux : les postiers du 92, les salariéEs d’Air France et les Conti en sont les exemples les plus visibles, condamnation à de la prison ferme pour 8 délégués CGT de Goodyear ;

- soumission de l’école aux impératifs patronaux (la réforme du collège en fournit un exemple) ;

- renforcement de l’arbitraire policier dans le cadre de l’état d’urgence.

Apathie syndicale.

Un autre constat, plus amer, s’impose à nous. Depuis le dernier grand mouvement interprofessionnel pour la défense des retraites, nous avons été incapables de construire des luttes d’envergure. Certes, dans certains secteurs, on a pu assister à des grèves catégorielles qui ont pu permettre, provisoirement, de limiter les dégâts. Mais il est indéniable que nous n’avons pas réussi à faire converger ces luttes. La dernière grève interprofessionnelle remonte au 8 octobre dernier et le moins qu’on puisse dire est qu’elle ne fut pas un succès.

Une réponse interprofessionnelle.

Pas plus que d’autres, nous n’avons la conviction de disposer d’une solution toute prête pour réagir à cette situation. Cependant, nous sommes persuadéEs qu’il ne faut pas se laisser enfermer dans une démarche réactive et catégorielle. Si nous voulons renverser le rapport de forces, nous devons nous orienter dans deux directions :

- ne plus nous contenter de réagir au coup par coup aux attaques étatiques et patronales, mais formuler des revendications positives qui ne se réduisent pas à la défense des acquis ; il s’agit d’imposer de nouveaux droits ;

- renforcer les liens interprofessionnels pour éviter l’isolement et la mise en concurrence : nous ne gagnerons jamais rien secteur par secteur.


Documents joints

PDF - 2.8 Mo

Agenda

<<

2018

 

<<

Juillet

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 2 prochains mois